ROUSSELROUSSEL Philippe

Exposition du 13 mars au 12 avril 2014



SEPTEMBRE 2013

Après les marines sombres et tourmentées, où dominait l’écume des vagues, ponctuées des mâts de chaloupes ballottées et sur le point de faire naufrage, Philippe Roussel aborde des rivages plus secrets, des marines nature-morte. L’eau ici repose, étale, quand elle ne s’est pas purement et simplement retirée, ensablée comme les barques qui parsèment de leurs contours ces plages beige, vertes, jaunes, bleues. C’est une nouvelle série, mais c’est aussi la continuation, voire l’aboutissement des travaux antérieurs. Il y a ainsi des souvenirs de tableaux plus anciens, le sujet des caravelles de 1492, les fonds multicolores des « tableaux blancs », les compositions de certains Lac de Côme et même une silhouette d’Aigues-Mortes traitée comme naguère le Mont Saint-Michel. Mais c’est bien une nouvelle géographie, une nouvelle atmosphère, et donc une nouvelle technique.Les Marais de Philippe Roussel se construisent autour d’une couleur à la présence obsédante, un bleu étonnant, qu’un rien suffit à éteindre dans des eaux grises ou au contraire à illuminer sur des ciels dégagés. Philippe Roussel a commandé la teinte spécialement pour cette série, mais jamais il ne se laisse aller à la facilité de faire reposer son travail sur elle. Il la module sans cesse, la recouvre de blanc, de noir, gesso et fusain, et ce travail de surface donne au bleu sa profondeur et l’impression qu’il n’a pas été le point de départ, mais le but de la recherche picturale.

D’ailleurs, les compositions des Marais sont généralement tripartites et le bleu se complète ainsi, la plupart du temps par un crème, plus ou moins foncé, et des verts qui vont du mélange clair des deux couleurs principales à des pâtes foncées ou le brun affleure. Rien de purement géométrique cependant dans la composition, la fluidité règne au contraire : la démarcation entre deux couleurs est rarement dessinée, souvent elle n’est même pas nette, un filet de brou de noix parfois l’efface davantage qu’il ne la souligne, et les plages de couleurs elles-mêmes sont faites de nuances infinies, multipliées encore par les légers reliefs que créent de subtils apports de matière.

Cependant, d’autres structurations se superposent au rapport entre les formes et les compositions – abstraites en elles-mêmes – s’articulent ainsi autour d’éléments qui introduisent une figuration – ou du moins un réalisme – minimaliste. Des lanières de toile, découpées dans le dos et collées sur l’endroit, divisent les étendues ; des dessins à l’encre noire les ponctuent, silhouettes de roches, croquis de la végétation des dunes, esquisses de barques, ces dernières de plus en plus allusives, à mesure que la série avance.
D’une certaine façon, ces barques reflètent la démarche picturale de Philippe Roussel toute entière. Le dépouillement l’attire et les marais de Camargue à l’automne lui en offrent le décor. Mais, comme enfoui sous la peinture, une richesse incroyable de sensations se devine. Les vibrations de lumière sont bien là, et plus encore : la force du vent, le taux d’humidité, la pression atmosphérique... Philippe Roussel s’est fait géologue et météorologue, au plus près de la nature qu’il peint. Au plus loin de sa représentation, il réinvente également l’art du géographe. Certes, ses tableaux sont des paysages, avec toutes les séductions du genre. Mais que l’on oublie pour un instant d’y chercher ce que le souvenir nous dicte d’y trouver : les perspectives s’évanouissent, l’horizon se fait frontière, et surgit alors, de la surface à nouveau aplatie, la mémoire de cartes géographiques ancestrales et d’un monde au-delà de l’archéologie, dont la peinture de Philippe Roussel conserve seule la trace.


Yves Mausen Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure Membre de l’Institut Universitaire de France Directeur de l'Institut d'histoire des anciens pays de droit écrit


Cabanes de pecheurs

Cabanes de pecheurs

Technique mixte sur toile 100 x 73 cm

sans titre

sans titre

Technique mixte sur toile 50 x 70 cm

Apres le phare

Apres le phare

Technique mixte sur toile 60 x 73 cm

apres les dunes

apres les dunes

Technique mixte sur toile 116 x 73 cm

jeux d eau

jeux d eau

Huile sur papier 100 x 70 cm

l ombrelle blanche

l ombrelle blanche

Technique mixte sur toile 81 x 65 cm

la barque brune

la barque brune

Technique mixte sur toile 56 x 76 cm

la barque echouee

la barque echouee

Huile sur papier 70 x 50 cm

la cabane rouge

la cabane rouge

Technique mixte sur toile 90 x 90 cm

la patte blanche

la patte blanche

Technique mixte sur toile 50 x 50 cm

la roche noire

la roche noire

Huile sur papier 50 x 40 cm

la sieste

la sieste

Huile sur papier 65 x 50 cm

la voile blanche

la voile blanche

Technique mixte sur toile 54 x 65 cm

la voile rouge

la voile rouge

Technique mixte sur toile 41 x 33 cm

le bol de lait

le bol de lait

Huile sur papier 50 x 40 cm

petite camargue lumineuse

petite camargue lumineuse

Technique mixte sur toile 100 x 140 cm

plage au couchant

plage au couchant

Huile sur papier 80 x 22 cm

sans titre

sans titre

Huile sur papier 40 x 30 cm

Sete

Sete

Technique mixte sur toile 116 x 81 cm

sur le bassin III

sur le bassin III

Gravure au burin 120 x 40 cm

village au pied des collines

village au pied des collines

Huile sur papier 40 x 30 cm



AVERTISSEMENT ©
Toutes les images contenues dans ce site Web sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par les artistes. Par conséquent, aucune de ces images ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit des artistes sous peine de sanctions pénales.